L’histoire d’un palace discret

hotel-royal-riviera-geschichte

Au début du XXème siècle, Saint-Jean-Cap-Ferrat, situé sur une presqu’île de la French Riviera, attire le gotha international et les fortunes du monde entier. Il faut dire que le climat très doux, la luxuriance de fleurs et la vue superbe sur la Baie des Fourmis ont de quoi séduire.

 

A l’époque, les résidents propriétaires en villégiature, rivalisent de faste et de créativité dans la construction de leur propriété. Ainsi naît la Villa Ephrussi de Rothschild, véritable palais de la Renaissance italienne qui déploie 7 somptueux jardins à thèmes – ou encore la Villa Kerylos, dominant la méditerranée, réplique d’une Villa grecque antique.

 

C’est dans ce contexte qu’un hôtel de luxe ouvre ses portes en novembre 1904 sous le nom de « Panorama Palace ». Il dispose alors de 150 chambres avec salles de bain, grand luxe pour l’époque, d’un terrain de tennis et d’un hangar à bateaux où six canots permettent des balades en mer. Selon certaines sources, c’est en ce lieu que Paris Singer « le châtelain de Saint Jean » (fils de l’inventeur Américain Isaac Merrit Singer), serait tombé sous le charme de la danseuse américaine Isadora Duncan ! En 1908, on peut également, croiser dans ses couloirs le célèbre compositeur russe Prokofiev.

 

En 1914, tandis que les autres palaces de la région sont aménagés en hôpitaux pour les victimes de guerre, le « Panorama Palace « est réquisitionné pour servir d’école aux orphelins de guerre et aux réfugiés serbes alliés fuyant les troupes austro-allemandes.
Il est rebaptisé en 1921 par ses nouveaux propriétaires sous le nom de « Bedford ».

 

Les années, les modes et les saisons passent, les époques changent… l’histoire avance … et le Bedford s’essouffle lentement jusqu’en 1999. Après avoir connu le plus affligeant outrage que puisse subir un grand hôtel (celui d’être transformé en résidence), les nouveaux propriétaires décident de lui donner « un coup de jeune ». Ils font appel à Grace Leo (G.L.A Hotels) pour remettre en marche l’endroit. L’hôtel se réveille enfin sous l’impulsion et le goût assuré de Grace Leo qui lui donne un chic résolument contemporain. Teintes prune, vert olive, terre de sienne, mobilier aux lignes épurées, éclairage soigné… les 78 chambres et suites du bâtiment principal ont été entièrement repensées avec un souci d’élégance discrète.

 

C’est la Villa Kerylos, précisément, située juste à côté de l’hôtel, qui a suscité l’inspiration pour la décoration de l’hôtel : un style neo-hellénistique aux accents contemporains avec une palette de couleurs vert olive, ambre et terre de Sienne qui évoquent une luxueuse demeure Méditerranéenne.
Un siècle après sa construction, le Royal-Riviera illumine toujours l’entrée de Saint-Jean-Cap-Ferrat et perpétue ce magnifique équilibre.

 
 
 
 
Votre séjour à l'hôtel